Français | English
Albert Camus

Albert Camus

De la transfiguration

Laurent Bove

La philosophie à l'œuvre



Lire Camus au-delà de la « philosophie de l'absurde » et de l’image sartrienne d’un « moraliste » tourné contre l’histoire, c’est le projet de cet ouvrage qui revisite l’oeuvre – des premiers textes, L’Envers et l’Endroit et Noces (écrits entre 1935-1937), au dernier grand « récit » d’Albert Camus, La Chute (publié en1956) – en éclairant les soubassements immanentistes de ces écrits et leur critique radicale de la modernité. Le fil d’Ariane de l’ouvrage est une philosophie du corps déchiffrée à travers le style de vie de Meursault dans L’Étranger et les peintures de Giotto et du Christ de Piero della Francesca que Camus admire. La seconde partie de l’ouvrage déchiffre la philosophie de la résistance active – à l’œuvre dans les écrits de l’après-guerre jusqu’à L’Homme révolté (1951) – et sa pensée de la « vertu vivante » constituante, dans la révolte, d’un être-éthique libre de toute "moraline ". Par-delà Alexandre Kojève, Camus propose une nouvelle conception de l’anthropogenèse qui, contre son temps, et pour un temps à venir, trace la voie d’une pensée de la transformation sociale-historique (celle de la « révolution révoltée ») émancipée de la dialectique comme de toute philosophie de l’histoire : au-delà du nihilisme.