Français | English
Le football des nations

(PDF 834 KB)

Le football des nations

Des terrains de jeu aux communautés imaginées


Internationale



Aussi étrange que cela puisse paraître, les Anglais, ceux-là mêmes qui inventèrent le football au milieu du XIXe siècle, ont longtemps délaissé leur équipe nationale, lui préférant, et de loin, leurs clubs professionnels. Si les choses semblèrent changer quelque peu en 1966, avec la victoire des Three Lions dans la World Cup organisée outre-Manche, rien n'est pour autant définitivement acquis et les sujets de Sa Gracieuse Majesté pourraient bien manifester une indifférence polie en cas de contre-performance de l'équipe d’Angleterre lors du prochain Euro ou de la Coupe du monde à venir. Que ceci advienne dans un pays où le football est le sport roi illustre la complexité du rapport que peut entretenir une société avec son équipe nationale. Bien loin de constituer l’élément cristallisateur exclusif et permanent des fiertés nationales, les sélections nationales, et la passion qu’elles ont pu et peuvent susciter, sont le produit de constructions historiques bien différentes selon les configurations nationales envisagées. Ce livre collectif se propose donc de retracer, essentiellement à l’échelle européenne et par des approches monographiques, la diversité des situations pour ce qui concerne les rapports à la nation et au football, c’est-à-dire le rapport à la nation par le football et au football par le prisme du fait national. Dans cette optique, chaque étude est l’occasion de réflexions mettant en jeu des idiosyncrasies particulières qui révèlent les modalités et les évolutions des sentiments d’appartenance nationale.

William Gasparini

William Gasparini est sociologue, professeur des universités en STAPS à la faculté des sciences du
sport de Strasbourg. Chercheur au laboratoire « Sport et Sciences sociales », il est actuellement titulaire d'une chaire européenne Jean Monnet en sciences sociales du sport.